La Main Gauche de Sombrum Index du Forum
 
 
 
La Main Gauche de Sombrum Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Proposition officielle du Révérend Père.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Main Gauche de Sombrum Index du Forum -> Général -> Discussions générales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ilish'Shaan Saddlerian.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 13:57 (2008)    Sujet du message: Proposition officielle du Révérend Père. Répondre en citant

Le Codex Obscurantis.   
    
   
   
Gravure du Révérend Ilish’Shaan Saddlerian.   
Père fondateur de l’Obscurantis.   
    
    
    
    
    
    
Le culte de Narshoul.
Première partie : Les origines du Sombre.


« Tout me parait idéal ainsi. Pourquoi devrions-nous intervenir? »
Genèse Teilienne, chapitre 2.

1 : La venue du Sombre.
    
Notre seigneur fut envoyé sur ces terres par Kaija pour ses qualités comme les autres Cilias. Les querelles incessantes envenimèrent Kaija et l’étude de la genèse Teilienne ne nous permet que de récolter des informations éparses à son sujet. Narshoul mérite son titre de Sombre par cette merveilleuse occurrence, par la complexité de ses actions et la force de sa noire sagesse. Ses premières paroles à son arrivée Sur Teilia indiquent l’inclinaison de son cœur pour le vide et l’absolu.
Narshoul ne partage pas l’orgueil imbécile d’Odéon, ni l’enthousiasme agaçant d’Aeltisis. Il agit toujours avec discernement, ses créations se trouvant toujours en opposition avec les desseins de ses frères et sœur Cilias. Narshoul anime et crée les conflits, qu’ils soient idéologiques ou physiques, il est le grand perturbateur, il est l’ombre qui masque les plans du destin. Ce désintérêt initial qu’il affiche face à toute chose lui vaut par ailleurs la sympathie de Kalos, le vénérable maitre des morts. Narshoul est le grand manipulateur, dès ses premiers pas sur Teilia, il laissa les mains libres aux autres Cilias afin d’analyser leurs actions pour mieux les contrer par la suite. L’exemple le plus parfait est la création de l’astre lunaire en opposition au soleil d’Odéon. Le génie de Narshoul résidant dans cette proposition, les ténèbres prenant alors autant de place que la lumière sous la voûte des cieux. La création de la nuit et de la lune permettait au Sombre de voir grandir son pouvoir en détournant simplement le feu stellaire d’Odéon, l’ombre prenant autant de place et de pouvoir sur l’esprit humain que l’aveuglante lumière.


Cette création marqua symboliquement le conflit qui devait naître et alimenter le cœur du Sombre, notre seigneur. La lumière aveuglante et brûlante noyée perpétuellement par la froideur et l’étincelante clarté de la lune en cycles de spirales…

2 : Les crocs sanglants du Sombre.

Narshoul n’avait pas finit de s’opposer aux ambitions pitoyables du Circan et du Natiri, n’avait pas terminé de démontrer l’absurdité de leurs efforts. Alors que les premières civilisations connues se développaient, deux évènements devaient se produire et affecter sensiblement le destin. Le Sombre se tenait toujours prêt à tester la force et l’endurance des constructions misérables de ses frères et sœurs, à fragiliser leurs espoirs jusqu'à les faire sombrer dans le doute. Alors qu’Aeltisis avait à faire avec ses lamentables Daelwenas et Odéon avec ses orgueilleux et imbéciles Hastanes, Narshoul notre sage et calculateur seigneur prévoyait déjà de sombres machinations, destinées à faire frémir et craqueler les bases de ce qui pouvait sembler un paradis aseptisé de vies incohérentes, d’optimisme naïf en une fausse idée de la perfection. En les contrées du nord que le seigneur avait conservé sous son pouvoir se développait une nouvelle espèce animale. Les créations d’Aeltisis évoluaient au fil du temps et ces régions nordiques, aux conditions de vie rudes et implacables, avaient donné jour à une espèce nouvelle. Ces monstres bipèdes à peau verte et aux crocs prononcés survivaient au climat impitoyable du nord à force de violence et de barbarie. Malheureusement, ils ne disposaient pas d’une conscience, incapables de forger des armes ou de s’organiser en société.


Narshoul insuffla la flamme d’une conscience à ces créatures et les baptisa « Gorlaks ». Leur nouvelle disposition leur permis de s’organiser et de développer une civilisation. Bien que leur pensée et leurs dispositions mentales ne les prédispose pas aux grandes œuvres de l’esprit, leur force, leur rage et leur combativité faisaient d’eux des armes, des machines à tuer, une puissance militaire impressionnante. Narshoul su leur insuffler respect, honneur et crainte envers son nom et leur donna pour mission de ravager les terres Hastanes, de détruire par tout les moyens la civilisation des fils d’Odéon, mais également tout les autres ennemis de sa sombre divinité. S’en suivi alors des guerres et des massacres abominables, un chaos méticuleusement confectionné face auquel notre seigneur se réjouissait sinistrement.

3 : Le poignard ganté de velours du Sombre.

Alors que les Gorlaks menaient la vie rude aux peuples unis de la lumière, Narshoul, notre saint père, avait déjà en tète son chef d’œuvre, le plan le plus méticuleux qui soit, un plan qui lui permettrait de définitivement contrer sa sœur Aeltisis, de pervertir sa plus belle création avec génie et cruauté. Notre père, par d’obscurs procédés, parvint à écarter pas à pas certains Daelwenas de l’enseignement de leur déesse. Les guidant vers le doute, orientant insidieusement leurs cœurs vers d’autres aspirations, vers des désirs plus profonds, vers des ambitions plus élevées que la simple vénération de la vie et de leur Cilias. Parmi ces Daelwenas qui lentement devenaient aux yeux de leurs pairs des parias, Narshoul posa sa divine attention sur une jeune femme du nom de Sergorath. Par son intelligence, son charisme et son pouvoir latent, cette Daelwenas représentait pour Narshoul une forme de perfection. Le sombre disposa entre les mains de Sergorath le Noctlex, ouvrage sacré représentant sa philosophie,  toutes les valeurs, tout les pouvoirs, toutes les aspirations que pouvaient représenter et véhiculer son nom divin. Sergorath, investie par une partie du pouvoir de Narshoul, rassembla et guida tout les parias, toutes les âmes corrompues et libérées de l’influence d’Aeltisis, vers une terre consacrée, au nord du monde, vers les territoires bénis de Narshoul.


Peu à peu, ces renégats formèrent un peuple dirigée par la main de fer de Sergorath, fille unique du Sombre et porteuse de la sagesse des ombres. Les Narsillions, ainsi nommés par l’émissaire de Narshoul, développèrent une société complexe régie par des valeurs profondes et ténébreuses. Leur soif de connaissances et de sagesse jointes à une irrépressible soif de pouvoir portaient en le cœur du Sombre la promesse d’une destinée inversée ou les Cilias de la lumière, ou les ennemis de sa foi, seraient irrémédiablement menés vers le néant. La quête de connaissances et de pouvoir des Narsillions, puis des Nargoliths qui les succédèrent devaient annoncer un âge ténébreux marqué par la tyrannie et le vice au sein d’un monde bien trop lumineux d’espoir aux yeux du seigneur nihiliste, de Narshoul le dévoreur de lumière, de Narshoul le Sombre…

4 : Les deux masques de Narshoul.

Le Sombre par son lien étroit avec les Gorlaks et les Nargoliths dévoile deux aspects primordiaux de son essence divine. D’un coté, par leur barbarie et leur soif de violence, les Gorlaks symbolisent la soif de pouvoir acharnée de Narshoul ainsi que se prédisposition à détruire tout ce qui peut être élevé par la main de Cilias. Ils incarnent également cette haine viscérale de la lumière et d’Odéon que le Sombre nourris depuis les premières secondes de son arrivée sur Teilia. Les Nargoliths quand à eux symbolisent la sagesse au service du pouvoir et de la satisfaction de l’orgueil. Le Sombre vise la perfection et l’absolu de manière démesurée. Toutefois, selon les enseignements de Narshoul, la perfection et l’absolu sont liés à une forme de destruction, que ce soit une destruction physique ou une destruction des valeurs ou des émotions. Par leurs jeux d’esprit et leur nature orientée vers un vice teinté de raffinement, les Nargoliths incarnent ce bouleversement des valeurs, ce trouble profond de la notion même de bien ou de mal. Narshoul le sombre est donc cette ombre qui vient masquer la vérité, il est ce grain de sable dans la grande machine, il est le porteur masqué d’un chaos destiné à faire basculer les fondations du monde.

 
D’autre part, par leurs prédispositions à la haute pensée et aux arts de l’esprit, les Nargoliths sont plus aptes à retranscrire les véritables finesses de la sagesse du Sombre. Les Gorlaks, quand à eux, peu aptes à écrire ou sonder les enseignements divins sont véritablement marqués par le Sombre, mais uniquement dans leur nature profonde, dans leur inclinaison à perpétrer la violence, la destruction et le mal. Ainsi, symboliquement, les Gorlaks sont le corps de Narshoul, là ou les Nargoliths seraient sont esprit, le Cilias ayant divisé deux aspects de son pouvoirs comme les deux faces d’une même pièce.

 
 
Seconde partie : Les enseignements du Sombre.

1 : Le Noctlex.

« Chapitre 1 :


Rien ne se gagne, rien ne se perd, tout se déforme sous un geste parfait.
Il n’est aucune vérité en les formes, seulement en la pureté d’une pensée incarnée, modelée dans la chair, dans la pierre, les astres mêmes. La vérité de mon nom éclate alors, en contradiction aux œuvres destinées à perdurer, en un mur dressé face aux idées convenues, à la foi aveugle et ordurière, à l’idée d’une pureté dévaluée. Toute création mérite un contraire, comme chaque pensée son antithèse, comme chaque héros son ennemi.


[…]


Contemplatif des efforts perdus, observant les failles, les erreurs, les mauvais jugements, je me glisse en eux tel un serpent. Je dépose le noir cocon, finement tissé, de ma noire sagesse. Je laisse mes pensées couver ce jeune fruit de mon génie, attendant de voir glisser mon sourire satisfait à la surface de cette chrysalide de mon esprit. Mes enfants naissent en déchirant l’ordre de leur carapace, leur éclosion est une insulte, un outrage à la suffisance, une remise en question d’un système pensé comme établi, pensé comme une fatalité.
Mais je suis l’entropie et son œuvre, je suis la grande question qui réduit en un brasier toute réponse, toute vérité, je suis l’ombre qui couvre vos plans et brouille vos sens, la pierre contre laquelle vous trébucherez à jamais en votre chemin.


{…]


Chapitre 2 :


De tout ce qui sera dressé,
Je serai la fissure aux pieds.
De tout ce qui sera pureté,
Je serai tentation et péché.
De tout ce qui sera vérité,
Je serai mensonge et vanité.

De tout ce qui sera,
Je serai le poison,
Les dévorantes ténèbres,
La dague dans le dos,
Le drame,
Le silence,
Le froid,
Le néant,
Le dernier acte de votre tragédie.


[…]


De vos erreurs je me ferai le miroir moqueur, exploitant vos faiblesses en une forme superbe. Cristallisées et parfaites en le temps seront mes créations, car toujours supérieures aux vôtres. A la finesse de vos ouvrages, j’imposerai la barbarie de mes mots, à la puissance de vos armes, ma réponse en votre dos sera susurrée, du bout de la pointe d’une simple lame. En des râles, vous ravalerez votre fierté comme relent du cœur sous le coup du poison. Accompagné de vos enfants, illuminés par ma noire lumière, je tisserai les plans de votre déchéance.


[…]


Chapitre 3 :


Nous seront au-delà des simples sens et des émotions.
Les enfants aux crocs de bêtes vénèreront le masque de ma fureur, de ma rage, de ma divine colère. Notre nom inspirera crainte et respect de la même manière que l’abjecte lumière de l’astre invite à écarter le regard. Notre marche fera trembler la cime des cieux.
Les fils et filles du masque de ma noire sagesse porteront le glaive d’une main de velours. Leurs pensées seront des crimes, leur existence même un blasphème né de mon image. Ils accumuleront les connaissances comme un trésor, à la forge de l’âme, réduiront les concepts en un magma ruisselant, pour forger des pièges, d’insurmontables machinations, posant des ombres là ou la lumière semblait briller.


[…]


La maîtrise des émotions, ces petits fourmillements du cœur qui tendent à l’inutile. Ce monde est un théâtre et la sincérité est une faiblesse en soi. Demeure un masque de circonstance, affiche ce que l’autre désire voir, désire entendre, désire ressentir de toi. Et alors tes pensées jointes à tes actes en une poignée de main seront lames tranchantes, chacun de tes gestes sera prémédité, calculé, froidement et divinement exécuté. Les émotions propres au cœur de l’homme sont les plus modelables des matériaux. Incline tes pensées vers la raison et le néant, dépose ta sensibilité aux ombres de tes entrailles et intouchable tu seras, imperturbable tel mon œil étincelant dominant la danse des astres de la nuit.


[…]


Les sentiments de ton prochain sont un amas de glaise brute.
Soit le sculpteur de ce bloc de faiblesses, de ce tas de pulsions.
Et alors ton ennemi deviendra son propre ennemi,
Il sera ta marionnette, servira tes projets malgré lui.
La plus grande des œuvres est de mener sa victime à sa propre perte sans lever ne serait ce qu’un doigt…


[…]


Chapitre 4 :


[...]


D’ailleurs, pourquoi devrions-nous dire si fort et avec tant d'ardeur ce que nous sommes, ce que nous voulons ou ne voulons pas ? Considérons-le avec plus de froideur, de distance, d'intelligence, de hauteur, disons-le comme cela peut être dit entre nous, si discrètement que le monde entier ne l'entende pas, que le monde entier ne nous entende pas ! Surtout, disons-le lentement...


[...]


Ne désire rien des sphères de ce monde sinon l’avènement de mes lois. Puise en ton orgueil ton énergie mais ne la laisse pas t’aveugler. Puise en la faiblesse du prochain les armes de ta victoire. Par la raison et les mécanismes de tes plans, fait du temps ton allier, ne t’accorde aucunes failles. La perfection de ton geste doit être perfection de ton âme. Alors semblable à moi tu seras mon enfant, pour toute éternité.


[…]


Accumule les concepts pour mieux les renier et assurer Notre froide pensée. Dirige tes pas vers une gloire sinistre, vers un pouvoir toujours voilé. Ne soit jamais pantin ou esclave d’un maître sinon pour mieux piller son héritage. A mon image, serein et imperturbable, analyse le monde et le mouvement de nos ennemis, place pour eux à chaque détour de leur chemin un piège, réduit à néant leurs espoirs en apposant la contradiction et le trouble. Avec élégance tu frapperas, avec détermination tu avanceras, sans pitié ni remord tu t’élèveras. Imperturbable, toujours maître absolu des évènements, à mon image.


[…]

 
2 : Le clergé de Narshoul en Sombrum.

Le clergé dispose de plusieurs fonctions au sein de la république. Outre le fait de défendre les valeurs et appliquer les enseignements de Narshoul, le clergé du Sombre s’organise à suivre et conseiller chaque Nargolith dans sa quête de spiritualité, de connaissance et donc de pouvoir. A travers divers aspects très variés, le clergé du Sombre père est un ensemble complexe relayant de nombreuses activités.


Hiérarchie :


Première caste: Le cœur de l’Ombre.


- Le seigneur de la Main gauche..
- Le révérend qui supervise l’ensemble des activités, conjointement au respect des directives du seigneur.

Seconde caste: Les yeux de l’Ombre.


- Les copistes, archivistes chargés de la conservation des informations.
- Les confesseurs chargés de guider et d’éclairer les citoyens.

Troisième caste: Les mains de l’Ombre.


- Les espions collectant les informations et connaissances à travers les landes.
- Les assassins, mystiques reliés à la main gauche appliquant leurs talents au bien de la république.

Données explicatives concernant les castes :


Le cœur de l’Ombre s’applique à superviser et assurer le maintien des valeurs du clergé comme le culte du secret, la formation des nouveaux disciples, l’application des ordres ou directives venant du haut château.


Les yeux de l’Ombre constituent la source du pouvoir du clergé. Leurs recherches assidues de connaissances aux quatre coins de Teilia et d’informations de toutes sortes, puis leur relecture et emplacement en la sainte bibliothèque du Sombre, s’applique à vénérer l’implacable méthodologie du Sombre, toute information scientifique ou théologique pouvant s’avérer capitale en toute situation. Cette accumulation de connaissances et d’informations secrètes est à la foi utilitaire et symbolique. Les yeux de l’Ombre sont également ceux qui apportent leur aide lors des évènements religieux et guident les citoyens vers la sagesse du Sombre, par des conseils ou des confessions.


Les mains de l’Ombre sont la force armée et suprême du clergé. Les espions collectant des données retranscrites par écrit par les Yeux de l’Ombre, se mêlant à l’humanité telienne comme de simples passants, occupant différents postes de moindre importance aux yeux de tous. Les assassins quand à eux sont des mystiques baignés dans les enseignements du Sombre depuis des années entières, leurs talents sont exploités à leur paroxysme par un enseignement théologique assidu et la pratique physique assurée par les offices militaires de Sombrum. Les assassins mystiques marchent main dans la main entre toutes les institutions de la république, demeurant toutefois dans le secret le plus absolu bien évidemment… Ils tirent leurs enseignements uniquement du cœur de l’Ombre et ne peuvent agir que sur leur ordre direct, fidèles et fanatiques du Sombre jusqu’au plus profond de leurs entrailles.


Vocabulaire:


-Un Obscurantiste : fidèle de Narshoul et disciple de l’Obscurantis.
-L’Obscurantis : doctrine philosophique et théologique enseignée par le clergé du Sombre.
- Un El’Khane : Assassin mystique dévoué au service du clergé du Sombre.
- Un Oldrath : Espion au service du clergé Nargolith.

 
3: Les valeurs de l’Ordre.
 
Cette fraternité se doit d’agir en toute occasion dans les ombres de l’existence, observant les mécanismes de la société et n’agissant que de la plus subtile des manières. Les disciples de l’ordre se font les juges silencieux de l’humanité, dirigeants dans les ténèbres les fondements de la société. Présents à tout niveaux, par leur principe même de fraternité et de respect les uns envers les autres, ils s’accaparent toute information et savent manipuler les systèmes politiques avec une grâce qui n’a d’égale que leur soif divine de savoir et de pouvoir sur le monde. L’obscurantis est l’élite des ètres mortels, sélectionnés par le Révérend père en personne pour leurs qualités exceptionnelles, ils se doivent de demeurer un exemple divin d’intelligence et de perfection au service de l’Ordre. Leur condition leur permet d’accéder à des postes de haute responsabilité, de disposer de nombreuses ressources financières et utilitaires, mais cela leur permet également de bénéficier de la sagesse des anciens.
 
Les valeurs fondatrices de l’ordre sont: Immortalité, Divination et sagesse. La sagesse correspond à leur degré d’élévation spirituelle inhérente à leur recherche de connaissances et de savoir, les membres de l’obscurantis colportant les informations vitales à l’Ordre et accumulant les ouvrages de tout types pour enrichir les activités de l’Ordre. Le principe de divination fait référence à la notion d’éveil partagée par tout les frères de l’obscurantis. Les membres de la secte se savent investis d’une quête supérieure, liée aux grands principes cosmiques. Ce sont des éveillés, illuminés par les grandes vérités de ce monde, faisant d’eux une élite au sein du royaume mortel. La sagesse du grand œil et du grand ancien portant leur regard vers des sphères spirituelles invisibles au commun des mortels. L’immortalité quand à elle correspond au principe ultime de la secte qui vise à cet objectif sacré, les frères de l’obscurantis connaissent les limites de la vie et de la mort et éclairent de leurs yeux les mystères de la création. Leur objectif final visant à la découverte de l’immortalité physique et spirituelle, ce principe d’éternité pouvant leur permettre de toucher du doigt le divin à travers une victoire ultime sur les principes de destruction ou de mort de l’âme, de ne faire plus qu’un avec le Sombre Père.
 
Les frères au sein de l’Ordre se vouent un respect sans bornes, ils accordent également un respect et une vénération profonde envers les hauts membres. Car chaque membre à conscience de l’apport des hauts initiés et savent combien serais grande la perte de ces grands esprits porteurs de sagesse et de gloire futures. Ils savent que chaque élément de la grande chaîne de l’obscurantis est d’une importance capitale, chaque domaine d’activité demeurant une pièce du grand tout sans laquelle l’ordre ne pourrais avancer parmis les ombres de la création, ne pourrais atteindre sa quête immortelle et divine.
 
L’importance de la foi portée envers le seigneur Narshoul est le point dominant des croyances et valeurs de l’ordre de l’obscurantis. Car en effet Narshoul, tel qu’il est indiqué dans le noctlex et les écrits Apocryphes Narsillions, porte en lui une philosophie liée à la connaissance et à la manipulation d’autrui. Ces deux considérations constituant un grand ensemble de points partagés par les adeptes, car l’obscurantis dans l’ombre se doit de manipuler les sociétés humaines et de contrôler chaque élément de la civilisation. L’obscurantis, sans même que cela puisse se savoir, est capable de redresser une nation mourante tout comme de faire sombrer un royaume dans le néant.
 
La foi de Narshoul est également ancrée dans le cœur des adeptes en le sens d’une croyance nihiliste. Les valeurs du seigneur rejoignant ces valeurs philosophiques. Toutefois, il existe un élément important qui ne fait pas de l’ordre de l’obscurantis un mouvement nihiliste en soi. Chaque adepte sait parfaitement qu’il est supérieur au reste de l’humanité par ses talents et sa sagesse, il tire de cela une fierté et une grande force de caractère. Néanmoins, il sait parfaitement aussi qu’au sein de l’ordre, il n’est qu’une ombre, un point perdus dans les ténèbres. De cette remise en cause de sa condition, il arrive à tirer sagesse et honneur envers l’ordre qui ne fait de lui qu’un élément d’un grand tout dépassant ses perceptions, mais toutefois un être supérieur au reste des individus de l’univers.
 
L’obscurantis de part son nom indique des principes de ruse et de discrétion. Chaque adepte doit masquer son appartenance à l’ordre et ne doit se révéler aux autres initiés que s’il est parfaitement sur de leur condition, un ensemble complexe de signes de reconnaissances ayant été mis en place par le grand ancien pour faciliter cela. Les frères se doivent donc de demeurer dans les ombres et de masquer leur appartenance coûte que coûte, les informations recueillies devant également n’être partagées qu’avec le grand œil ou le grand ancien. Même sous la torture, l’adepte ne doit jamais révéler les secrets de l’ordre, la trahison étant égale à un crime d’honneur, punis par la mort pure et simple (voir le chapitre 2 du Codex).
 
La secte des éveillés se doit d’être en tout point un ordre secret parfaitement rassemblé autours de tout ces principes, tout membre se doit donc de connaître la doctrine et les lois inhérente à l’obscurantis de manière parfaite.
 
Le respect des chats est également une valeur primordiale de l’ordre. Les chats sont les premières créatures crées par la seigneur Narshoul et sont donc les créatures se rapprochant le plus de la pureté divine. A travers divers rituels, les adeptes recueillent des bribes de savoir et approfondissent leur quête de sagesse et d’immortalité. Le chat est donc considéré comme avatar divin et se trouve traité de manière conséquente.
 
2: le codex obscurantis.
 
Domaine public:
 
1 : Le clergé se réserve tout droit de juger et d’appliquer sentence à tout Nargolith coupable d’hérésie ou de crime à l'égard des lois de notre saint Ordre.

2 : Le clergé peut se voir confier tout contrevenant ou traitre en des cas ou la torture deviendra nécessaire pour arracher des informations.


3 : Le clergé est souverain et aucun culte de Cilias autre que le sien ne pourra outrepasser ses droits en Sombrum, ou s’y implanter sans autorisation.


4 : Le polythéisme est toléré dans la mesure où le citoyen ne remplace pas le culte de son Cilias de manière absolue et que le dit citoyen réfère de ses inclinaisons théologiques au clergé.


5 : L’athéisme est toléré si celui-ci est catégorique et qu’il ne penche pas vers le blasphème ou l’hérésie. Le respect devra être de mise sous peine de sanctions.


6 : Tout citoyen appartenant à deux cultes revendiqués (Article 4) devra faire état de toutes ses connaissances concernant son autre culte aux institutions de Sombrum et ce de manière répétée. Toute information d’importance gardée confidentielle sera considérée comme crime de Haute trahison.


7 : Tout citoyen Nargolith père ou mère de plus de deux enfants devra confier son dernier né au clergé qui entrera alors en les ordres afin de servir le Sombre.


8 : Le clergé demeure souverain et libre face à toute autre faction républicaine. Il se réserve le droit de n’obéir qu’aux ordres du seigneur qui lui est affilié ou de l’autorité suprême en place.


9 : Le clergé se réserve le droit de juger tout individu extérieur à Sombrum ne respectant pas les dogmes, les serviteurs de la foi ou le nom du Sombre.


10 : Seront considérés comme péchés ou crimes par le clergé Nargolith :


- L’hérésie.
- Le mensonge envers un officiant de la foi.
- La transmission d’informations confidentielles hors du temple.
- Tout acte de violence envers un officiant de la foi.
- Toute insulte envers un officiant de la foi.
- Tout acte mettant en péril la souveraineté du clergé.
- L’apostasie ou création d’un autre culte du Sombre.
- La tentation de son prochain vers un autre Cilias.
- La tentation de son prochain vers l’athéisme.
- Toute information capitale non partagée.
- La violence ou le manque de contrôle de soi au sein du Temple.
- Toute attitude décrédibilisant la dignité Nargolith.
- Afficher publiquement sa faiblesse morale.
- Manquer de respect envers la reine, porteuse du Noctlex.
- Manquer de respect envers le saint livre.
- Porter atteinte physiquement envers un chat.
- Refuser de perfectionner ses talents, se complaire dans la faiblesse.


11 : Les grands rituels de passage devront être suivis par tout Nargolith. Exception faite des Athées en situation régulière (article 5) qui pourront être exemptés suite à un entretien avec un haut membre du clergé.


12 : Le clergé se resserve le droit et le devoir d’éduquer tout enfant Nargolith jusqu'à son âge adulte.


13 : La sainte autorité du clergé se fait maîtresse en Sombrum et tout citoyen qu’il soit athées ou polythéiste se doit de la respecter, au même titre que les législations courantes et la constitution républicaine.


14 : Tout Nargolith en prise de fonction, qu’elle soit diplomatique, politique, militaire ou religieuse se voit dans l’obligation d’un entretient avec un haut membre du clergé afin que celui-ci puisse juger de sa moralité avant toute prise de fonction effective.

 
 
Domaine privé, interne à l’Ordre:
 
_Les éveillés se doivent respect mutuel et inconditionnel, toute confrontation entre deux membres se verras punies de manière égale pour les deux intéressés, sous la décision des hautes initiés. La fraternité se doit de régner
 
_Entreprendre une action sans avoir consulté les hauts initiés est un crime pouvant mettre en péril l’ensemble de l’ordre. Une punition exemplaire devant tout les membres de l’Orde seras alors de rigueur en conséquence.
 
_Révéler un secret ou une information concernant la secte à une race étrangère ou à un non initié équivaut à la mort.
 
_S’opposer à une décision des hauts initiés équivaut à un crime dont la punition peut varier en fonction des circonstances.
 
_Le refus de partager une information ou un savoir au sein de l’Ordre est un crime.
 
3: La hiérarchie.
 
Les hauts initiés:
 
Le seigneur en charge de la main gauche et le Révérend père se réservent l’intégralité du pouvoir exécutif et représentent l’autorité suprême au sein de l’Ordre.
 
Les éveillés :
 
Prêtres et officiants suivent les directives des hauts initiés, collectant les informations, menant leur rôle d’espions et d’informateurs, assurant le service des cérémonies et des confessions.
 
Les gardiens du temple :
 
Militaires formés par la Main droite désirant servir corps et âme le Sombre. Directement aux ordres des Hauts Initiés, formés pour protéger les serviteurs du temple et accomplir certaines actions spéciales selon la volonté du pouvoir en place.
 
Texte établi, rédigé et certifié par le sceau du révérend père Ilish’Shaan Saddlerian.   
   


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 13:57 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Main Gauche de Sombrum Index du Forum -> Général -> Discussions générales Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com